Le saviez-vous ? n°10

Donnez votre avis sur l'intérêt touristique : 

Aucun vote pour le moment

Intérêt touristique : 

Sur la commune de : 

Alpes mancelles activités : Le saviez-vous ? n°10 - FRESNAY-SUR-SARTHE - culture & patrimoine

Le passé prestigieux de la toile de Fresnay-sur-Sarthe et rend hommage aux tisserands.

Déjà présents à la fin du XVe et au début du XVIe siècle, les tisserands sont de plus en plus nombreux à Fresnay qui obtient son autonomie, après une guerre féroce avec Alençon, le 20 août 1716. Fresnay dispose ainsi de sa marque déposée et d’une halle particulière pour la vente. Les toiles de Fresnay sont « très belles et de très bonne qualité, bien fabriquées ».

Le commerce du textile atteint son apogée au milieu du XIXe siècle et les maisons de tisserands fleurissent dans plusieurs quartiers de la ville. Ces maisons sont encore très nombreuses dans les quartiers du Bourgneuf et du Creusot, et elles demeurent les témoins d’une activité de tissage importante, disparue après la guerre 14-18, en même temps que les fêtes grandioses dédiées à Saint-Bonaventure, patron des tisserands. Les maisons de tisserands sont facilement reconnaissables par la présence d’un escalier en pierre extérieur. L’atelier est situé au rez-de-chaussée ou semi-enterré afin de conserver une égalité de température et une humidité constante. L’objectif est de permettre aux fibres travaillées de garder leur souplesse et d’éviter de casser. Les conditions de travail sont difficiles comme l’explique le tisserand Fortuné Mary : « Les gens souffraient des jambes : il fallait travailler tendu. On n’était pas debout ; on n’était pas assis. On était courbé, la poitrine appuyée sur l’ensouple, les jambes et les bras à remuer. Il fallait avoir de bonnes jambes pour être tisserand ».

En 1829, les toiles de Fresnay font travailler « 1200 ouvriers, dont un tiers dans la ville, le reste dans les communes environnantes ». Leur qualité est due à l’utilisation du lin associé au chanvre alors que dans le reste du Haut-Maine on réalise des toiles de chanvre, plus grossières. En 1829, la production de Fresnay a presque doublé comparativement aux chiffres de 1789. De 3640 pièces, on passe à 6000 et en 1834 à 7000. La révolution industrielle permet d’augmenter considérablement la production annuelle pour atteindre 12000 pièces. Ces dernières représentent une valeur de 2 millions de francs. La quantité de fil employé est d'environ 180 kg/an.

L’exposition industrielle de 1842 au Mans consacre en quelque sorte l’apogée de la fabrique de Fresnay : « La ville de Fresnay marche actuellement de pair avec la Flandre et la Belgique pour la finesse des tissus : elle l’emporte pour la qualité ».

Partagez sur vos réseaux sociaux ou par courriel à vos amis Partagez sur vos réseaux sociaux !
 

Professionnels & commerces

 

Emplois-services & vendeurs occasionnels

 

Associations & organisations

 

Villages, bourgs, villes & communes

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.